FANDOM


Le pouvoir :

Jeffrey Pfeffer dans son article de la Harvard Business Review de Juillet-Août 2010 (“Power Play,”Harvard Business Review, July-August 2010 ) voit le pouvoir comme un moyen de gérer les progrès de projets et atteindre les objectifs organisationnels. http://www.jeffreypfeffer.com/pfeffer-research-scholarly.htm

Quel est votre avis à ce sujet?

Pensez-vous à l’instar de l’auteur que ce sont les compétences à acquérir pour les futurs leaders afin de leur permettre d’obtenir et d’utiliser le pouvoir qui sont essentielles?


C-Louise Bertrand mars 24, 2011 à 02:44 (UTC)




Pour ma part, je suis d'accord avec Jeffrey Pfeffer dans une certaine mesure et je m'explique. Les gens qui on le pouvoir au sein d'une entreprise leurs donne beaucoup d'avantages dont celui de gérer les progrès et faire en sorte que les objectifs organisationnelles sont atteints. Par contre abusé de son pouvoir peut que nuire à l'entreprise et ainsi faire perdre beaucoup de sous à celle-ci. Aujourd'hui le marché du travail est en pleine ébullition et permet au employés de se retrouver un autre emploie rapidement, donc dans une certaine mesure, nous nous devons de gérer le pouvoir avec minutie. À ce moment, le patron doit voir à qui le pouvoir sera t-il distribué et jusqu'à où celui-ci pourra aller dans l'exécution de son pouvoir car il faut dire que donner du pouvoir à une personne ne sachant pas l'utiliser cela devient une béquille pour l'entreprise.

Je crois qu'en 2011, cela n'est pas les compétences premières à acquérir pour les futur leader. Les futurs leaders devront travaillés avec des gens hautements instruits et autonomes, donc ils devront gérer leurs pouvoirs de façon différentes que ceux du passés. Les leaders du futur qui seront en place, devront impliquer leurs personnelles dans l'accomplissement des travaux et dans la conception de celui-ci, car aujourd'hui, les gens aiment se sentir impliqué et valorisé dans leurs accomplissements. Je crois que les bons leaders de demains seront meilleurs que ceux du passés s'il sont en mesure de comprendre et de bien définir le mots pouvoir qui vient avec leurs tâches.


Gino74.59.164.203 mars 24, 2011 à 14:26 (UTC)Gisav48 mars 29, 2011 à 17:35 (UTC)


Eric Saint-Pierre mars 24, 2011 à 21:58 (UTC)

Effectivement Gino, ton commentaire est très bien formulé. Le pouvoir est un outil qui se veut des plus importants au sein d’une entreprise. L’abus de ce même pouvoir en serait aussi un élément destructeur si son utilisation en devient abusive. Nous pourrions même ajouter que de chercher à tout prix à acquérir le pouvoir rapidement au sein d’une société, en serait tout autant fatal.


Quand vient le temps de sélectionner de nouvelles mains-d’œuvre, les critères ne sont pas orientés définitivement dans cette direction. Par contre, il est définitif que mettre en pratique les méthodes de l’auteur résulteront par un succès pour les idées du leader. La lecture de ce texte m’a grandement impressionné: Le pouvoir est une drogue qu’y peut en devenir néfaste si le jeune chef prometteur oriente seulement ses intérêts dans un but précis, le sien. Il est nécessaire d’acquérir du pouvoir au sein d’une entreprise. Les méthodes démontrées dans cet article fait de foi envers le pouvoir. Je mentionnerais même que l’influence absolue amène des résultats impressionnants!

Par contre, je ne suis pas entièrement d’accord avec ton idée que ces compétences ne sont pas cruciales à la relève. Pour un futur leader, la compréhension des compétences illustrées est essentielle dans le but de pouvoir effectuer un travail constructif dans un marché aussi compétitif. Il est aussi indispensable que ce prospect des nouvelles idées soit conscient qu’il existe d’autres aspects importants dans l’ascension au sein d’organisation bien encrée.

Dans un premier temps, la compréhension de son rôle dans cette «arène du pouvoir» est cruciale. Si chaque jeune chef veut atteindre rapidement les niveaux ultimes, certains problèmes vont lui arriver. Le cas de Laura Esserman est pris à un niveau hiérarchique sensiblement élevé. Le nouveau leader doit pouvoir avoir le temps et la chance de gravir les échelons, sinon, il risque de se faire tasser de manière délicate, comme si bien mentionner dans le texte.

Il est primordial que la compréhension du pouvoir soit définie. Le pouvoir vient avec la confiance que la compagnie a envers le cadre. Le jeune leader doit démontrer beaucoup de confiance en lui et gravir les échelons selon ses compétences. Ensuite, il doit construire son pouvoir. Le pouvoir d’influence envers des équipes qui seront certainement aidées à l’avancement de l’entreprise.

Le danger de ces méthodes, parfois très agressives, est que l’idée apportée doit être la bonne. Trop souvent un leader impose ses convictions et les fait approuver par les partenaires. Les résultats s’avèrent parfois catastrophiques ! Lorsque le problème est défini, la confiance acquise est facilement perdue.

Pour conclure, le jeune leader doit être à l'affût des méthodes préconisées. Gravir les échelons et connaître son rôle doit aussi faire partie des compétences de cette main-d’œuvre prospère de demain. Le pouvoir absolu demande des objectifs bien conçus. Les intérêts de l’entreprise se doivent d’être maintenus en avant-plan. L’appât des intérêts personnels fait que le «power play» devient extrêmement nocif si sa fonction est mal utilisée.



Au plaisir !

Éric Eric Saint-Pierre mars 24, 2011 à 21:58 (UTC)

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard